Thème, Projet, Environnement à l’école

Conceptions de l’environnement

Les conceptions de chacun

Si je vous dit le mot environnement : à quoi pensez-vous? Parlez d’environnement à vos amis, demandez leur quelques mots clés qu’ils mettent derrière ce mot… Vous serez surpris! Si nous voulons monter un projet relatif à l’environnement, y associer des partenaires, sachons d’abord si nous nous entendons sur les mots ! Projet ? Thème ? Environnement ? S’interroger sur la nature et la finalité de ce que l’on s’engage à enseigner n’est pas sans intérêt Surtout au moment de la Convention citoyenne sur le climat !

Lors de l’Université d’été 2000, un atelier Éducation relative à l’environnement avait commencé par un test, suivi d’un jeu de rôle, d’une visite des lieux (Etang de l’Or), d’investigations scientifiques, et de retour sur le vécu lors de l’animation.

Commençons par le test !

  • Ecrivez les 5 mots qui vous paraissent le mieux définir l’environnement.
  • Jouez bien le jeu, ne regardez pas plus bas tant que vos 5 mots ne sont pas choisis !
  • Ordonnez ces cinq mots en fonction de l’importance que vous leur attribuez.

1°) ______________ 2°) ______________ 3°)______________4°)______________ 5°) ______________

  • Accordez ensuite 5 points au mot le plus important, 4 au deuxième, 3 au troisième, 2 au quatrième et 1 au cinquième.
  • Maintenant, vous pouvez chercher vos 5 mots (ou les mots qui en sont les plus proches) dans les quatre listes proposées ci-dessous.
A 
Nature , Ecologie , Eau ,Air , Ecosystème, Vie, Biotope , Atmosphère , Flore , Faune , Milieu , Milieu de vie, Découverte , , Diversité , Etre humain , Forêt , Espace naturel , Etres vivants , Interaction , Interrelation , Non vivant , Terre , Vivant , Arbre , Caractéristiques , Connaissance , Matière minérale , Mer , Milieu naturel , Minéral , Rivière , Planète , Savoir , Absence de pollution, Action de l’homme, Animaux, Biocénose, Biodiversité, Biosphère, Ce qui entoure les êtres vivants, Chants d’oiseaux, Déchets, Energie, Existence, Homme/Femme, Monde vivant, Montagne, Niche écologique, Océan, Odeur, Organes des sens, Pollution, Ressources énergétiques, Ressources naturelles, Roche, Sciences, Végétal, Vivre.  
B 
Respect , Protection , Avenir , Equilibre , Harmonie , Beauté, Bien-être , Civilité , Esthétique, Survie, Fragilité , Partager , Patrimoine, Sauvegarde , Amour, Altruisme; Capital Planète, Conservation, Culture, Danger, Développement durable, Dommage, Egalité des espèces au droit de vivre, Epanouissement, Epanouissement personnel, Gaieté, Héritage, Patrimoine culturel, Pitié!, Plaisir, Poubelle, Pureté, Retenue, Savoir-être, Sécurité, Sensibilisation, Solidarité, Vulnérabilité. 
 C
Santé , Cadre de vie , Qualité de vie , Paysage , Propreté , Espace , Proximité , Société , Activités humaines , Calme , Hygiène , Lumière , Agriculture, Ambiance, Ambiance bruyante, Ambiance professionnelle, Alentours, Architectural, Art de vivre, Bruit, Canton, Ce qui nous entoure, Chemin de randonnée piétonnier, Conditions de vie, Constructions, Couleur, Culture, Département, Espace de vie, Espace urbain, Espace vert, Famille, Habitat, Lieu de vie, Loisirs, Lumière, Milieu rural, Milieu quotidien, Milieu urbain, Niveau de vie, Nourriture, Pauvreté, Quartier, Région, Relations humaines, Risques professionnels, Silence, Société, Verdure, Village, Ville. 
 D
Citoyenneté , Recyclage , Civisme , Ecocitoyenneté , Gestion , Eduquer , Responsable , Action de l’Homme, Adaptation, Améliorer, Anticiper, Antibruit, Antipollution, Choix des énergies, Choix de société, Combat, Complexité, Conscience, Débroussaillage, Défendre, Echanger, Education , Enjeux politiques, Enrichir, Gestion des ressources, Intégrer, Mobiliser (informer), Partenariat, Politique, Responsabilisation, Retraitement, Richesse, Transparence.
Catégories selon Jacques Theys.
  • Les mots que vous aviez choisis sont ainsi dans une, deux, trois, ou les quatre catégories !
  • Comptez le nombre de points que vous avez obtenu par catégorie.
  • A =                   B =                 C =                 D =

Placez ces valeurs sur un graphique comme celui-ci. Joignez les 4 points, vous avez votre carte personnelle de représentation.

À comparer à celle de vos partenaires, et à analyser avant de vous lancer dans une projet commun !

Voici les 4 quatre grandes conceptions selon Jacques Theys,

A. Conception naturaliste et technicienne

L’environnement est un domaine technique étudié par les scientifiques où domine l’étude de la nature et l’écologie. Dans ces études, entre tout ce qui perturbe dont les pollutions.

B. Conception éthique

Les valeurs environnementales, comme le respect du vivant, la solidarité, la convivialité, sont prioritaires. Elles déterminent des règles de conduite individuelles et collectives.

C. Conception pratique

L’environnement est le cadre de la vie quotidienne où s’expriment les aspirations de notre civilisation., Cette conception pragmatique insiste sur la qualité de la vie et les nuisances qui peuvent altérer cette qualité.

D. Conception politique et sociale

Elle met l’accent sur la participation des citoyens à la gestion de l’environnement

Quels aspects étudier à l’école ?

  • Conception pratique : L’environnement est avant tout le cadre de la vie quotidienne L’enfant agit dans le monde, qui est un monde vécu avant de devenir un monde perçu. C’est ce qui relève plutôt du cycle 1.
  • Au cycle 2, l’environnement est aussi traité selon la conception pratique. La conception politique et sociale apparaît : Participation des citoyens à la gestion de l’environnement.

Au cycle 3, deux nouveaux aspects s’ajoutent. Il s’agit d’en rendre les enfants conscients.

  • Conceptions naturaliste et technicienne : L’environnement est un domaine technique étudié par les scientifiques. Un des exemples fréquemment étudié en classe: épuration de l’eau; recyclage de déchets; Sources et transformations des énergies…
  • Conception éthique : Les valeurs environnementales, comme le respect du vivant, la solidarité, la convivialité, sont prioritaires.

D’un environnement au sens « milieu de vie », on aborde au fil des années les autres composantes de l’environnement. La priorité est donnée à la curiosité, à la découverte au cycle 1. L’environnement devient progressivement objet d’études interdisciplinaires.

Au cycle 3, l’utilisation des termes “ comprendre”,“ connaître” et “agir”, place les sciences et la technologie comme des moyens de faire des investigations pour comprendre le monde.  “Agir” sous-entend qu’un choix d’actions est fait, après débat et argumentation, et la mention de l’environnement dans les programmes d’éducation civique renforce cette idée de décisions collectives. Au delà de l’étude de la géographie, des sciences ou de l’éducation civique, l’Education relative à l’Environnement occupe une place très particulière : la transdisciplinarité est une spécificité de l’Education relative à l’Environnement.

Agir collectivement pour l’environnement nécessite la présence, à priori, d’un projet commun.

Mais, au départ était le thème…

Pour susciter chez leurs élèves une motivation accrue dans les travaux de classe, l’enseignant enrôle sa classe dans cet enseignement thématique. À partir d’un mot, les enseignants imaginent tous les axes de travail possibles en classe, sur une période donnée (l’eau, la forêt, les animaux domestiques, l’habitat selon les régions… ). Ils choisissent ensuite une ou plusieurs disciplines scolaires au travers desquelles le thème sera abordé. On est ici dans une déclinaison thématique (dans plusieurs disciplines) qui part en étoile autour du’n mot clé. On peut choisir d’ajouter ou d’enlever des disciplines sans nuire à l’ensemble.

Cette classe de CM1 a travaillé sur le thème de la forêt, qui se travaille en séances de géographie, histoire, écologie, technologie et sciences – du point de vue de la démarche – mais plus particulièrement la biologie – avec des focus sur des aspects particuliers, pas toujours en relation avec les programmes, mais en lien avec le patrimoine local. Le français apparait dans des « chantiers d’écriture » qui aboutissent à la création de divers écrits, prétextes à étudier la langue.

Les séquences menées sur le thème de la forêt.

On peut être satisfait de la construction, on peut se dire qu’on a motivé les enfants par une autre façon d’enseigner, en créant du lien entre les disciplines.

  • Si on ajoute une discipline – prenons l’exemple des mathématiques : du stère au m3, ou les surfaces des forêts en France et dans le Monde… – l’ensemble reste réalisable.
  • Si on aborde les menaces sur la forêt (déchets, maladies, pluies acides, chenilles, incendies, sécheresse), législation et protection… une branche peut s’ajouter à l’édifice.
  • Si l’on coupe l’un des liens qui relie le mot FORET à une discipline, que l’on supprime ou modifie le contenu d’un pavé, l’ensemble de l’édifice tient toujours : ne faites pas de créations poétiques, n’étudiez pas les arbres en hiver, et supprimez la visite du musée des plantes médicinales à Milly la forêt, n’étudiez pas le travail des forestiers… Rien n’empêche de faire le reste. C’est un avantage pour l’enseignant, mais… cela peut être frustrant pour les enfants si on les a mis dans la dynamique de rencontrer les forestiers!

Des constats et limites

  • Un effet de lassitude peut gagner certains enfants, qui auraient bien envie de pouvoir changer de thème.
  • Le risque de ne pas satisfaire aux attentes du programme est grand : on se laisse entrainer dans une multitude de détails passionnants mais parfois pas indispensables, au détriments de fondamentaux. Ça a été notamment la dérive de la période des activités d’éveil, dont on trouve tant d’exemples à l’époque du tiers temps pédagogique et des livrets Tavernier. Livrets qui gardent toute leur valeur pour la démarche, mais… Impossible de tout faire tenir dans une année scolaire !

Doublé d’un projet de communication

Cette classe de CM1 s’est engagée à participer à une exposition de travaux de l’année. Les élèves écrivent des articles relatifs leur travail. Le thème est donc doublé d’un projet de communication. Les rencontres – tout comme les partages sur les réseaux sociaux – permettent aux visiteurs de découvrir une production finale (pas toujours de se rendre compte du chemin parcouru par les enfants, et des démarches choisies par l’enseignant !).

A noter d’expérience que des enfants qui ont participé à l’exposition en tant qu’exposants, pour peu qu’ils tiennent des stands de présentation, seront plus curieux et respectueux des travaux des autres classes que les élèves qui viendront en simples visiteurs. C’est la force de ce projet de communication qui est venu renforcer le thème !

Projet centré sur l’environnement

Projet , quelle différences avec le thème?

Tout projet sous entend projet d’action, une réalisation, une Création. Si parfois cette action peut être proposée par les élèves, bien souvent, c’est le maître qui va les solliciter de façon et amener le projet. Il aura suscité la Curiosité de l’élève et trouvé une situation qui interpelle l’enfant. Quelle que soit l’entrée… Le schéma suivant développe six faces du CUBE du projet. Prenez ce dé, faites le rouler, et trouvez votre entrée qui mènera à la création finale…

Le cube du projet, que j’ai appelé, Les six C !

Un cube? On pourrait imaginer un dodécaèdre, avec autant de faces que d’aspects…

Mais, il y a de quoi faire un dodécaèdre avec les mots clés commençant par la lettre C ! J’avais développé cette idée lors des visites que j’effectuais auprès des étudiants ou enseignants débutants ! Avant de lancer ses élèves dans le projet envisagé, l’enseignant doit en étudier toutes les Composantes. Il doit aussi vérifier que les Contraintes de réalisation du projet soient compatibles avec les contraintes humaines et matérielles locales, et vérifier qu’elles soient Compatibles avec les objectifs qu’il s’est fixés pour sa classe dans le cadre des programmes scolaires.

  • Quelles Connaissances les enfants vont-ils être amenés à découvrir, utiliser, réinvestir lors de la mise en place du projet ? Dans quelles disciplines ?
  • Quelles Compétences disciplinaires ou transversales seront-elles utiles, voire indispensables à sa réalisation ?
    • Quelles sont celles qui seront acquises au cours de la réalisation du projet,
    • celles qui y seront entretenues,
    • celles qui seront réinvesties ?
  • De quelle façon les enfants seront-ils amenés à Communiquer entre eux lors du projet Quels seront leurs autres interlocuteurs ? De quels moyens de communication disposent-ils ?
  • Quelles compétences liées utiliseront-ils dans le domaine de la langue?Qu’apprendront-ils en lecture, expression orale et écrite, lors des travaux individuels oraux ou écrits, lors des travaux de groupes, lors des séances collectives ?
  • Enfin, les enfants seront-ils capables de travailler ensemble à une œuvre Collective, jusqu’à son terme ?
  • Quelle place est accordée à l’apprentissage de la Citoyenneté, depuis la conception ou le choix du projet, jusqu’à sa réalisation ?
  • Quels sont les aspects ou les prolongements Culturels de cette réalisation ?

L’enseignant, pour chaque face, devra planifier les modalités d’apprentissage, choisir des situations pédagogiques, et parfois associer des partenaires à cette réflexion.

Pour une action éducative de qualité l’enseignant doit réfléchir aux différentes composantes inhérentes au projet ! Une fois ce projet bâti par l’enseignant, il pourra y amener les enfants en entrant par n’importe laquelle de ses faces.

Les nombres du Chat Marrant ! Un défi de l’an 2000 impliquant diverses disciplines.

On organiserait aujourd’hui un escape game ! Mais l’année 2000 fut l’année mondiale des mathématiques. Sur le site de la circonscription, le maître repère une annonce, en début d’année. Il envisage de s’engager, fait le nécessaire administratif et pédagogique pour s’en donner les moyens (visite, déplacement, matériel). Il n’en parle pas nécessairement aux enfants ni aux parents à ce moment de l’année. Les sorties envisagées peuvent être présentées lors d’un des conseils d’école ou de réunions de parents, sans pour autant qu’on en détaille le contenu aux enfants, qui seront alors davantage étonnés et curieux au moment voulu, et qui ne seront pas non plus tenus en haleine et en attente sur de longs mois.

Quelques semaines avant la fête de la science, le texte suivant est proposé aux élèves : «M. Le Chat Marrant, Maître du parc et de la forêt de Chamarande, veut participer à la fête de la science. L’an 2000 étant l’année mondiale des mathématiques, le défi est le suivant : M. Le Chat Marrant doit résoudre un problème, relever un défi : quels nombres pour sa forêt ?  »

Les enseignants présentent le défi à leurs  élèves. Ils incitent les enfants à parler de la forêt en utilisant des nombres. Il s’agit de « chiffrer », de « dénombrer » de « compter » de «mesurer » de « comparer » divers éléments de la forêt.

Participez au défi du CHAT MARRANT ! Si la mère Michel a perdu son chat, à Chamarande, le chat a perdu ses nombres !

Mise en oeuvre et relation entre démarche de projet et programme de l’école

Les enfants posent des questions de toutes sortes, identifient celles susceptibles de trouver des  réponses, et les lieux d’investigation : dans le parc, dans la forêt de Chamarande, dans la bibliothèque, dans la salle d’expériences du centre Mione. Les élèves écrivent et transmettent leurs hypothèses au centre pédagogique Mione :  Ils font des propositions pour aider le « Chat Marrant » à trouver des nombres pour sa forêt. Tous les domaines des mathématiques sont acceptés : géométrie, numération, calcul, mesure… Lors de fête de la science, les enfants participent à des ateliers, encadrés par leur maître et un animateur (en forêt ou en salle): Expériences, interprétation, début de conclusions ou nouvelles hypothèses… Il s’agira essentiellement de tentatives de dénombrement d’espèces animale et végétales (et donc de leur identification)  mais aussi de recherche des déchets de l’homme ou de questions relatives au patrimoine bâti ou adaptation du milieu à la vie des hommes. Les élèves ont ensuite l’occasion de transférer leurs nouvelles connaissances à leur environnement proche, dans le cadre d’un nouveau projet de classe. Ils présenteront le fruit de leur travail sur le Site Internet de la circonscription, et lors de l’exposition de leur école en fin d’année.

Passer à l’action pour l’environnement

Dimension politique, étude dans plusieurs disciplines.

Cadre théorique : Il s’agit de passer d’un projet en rapport à l’environnement à un projet pour l’environnement. Après une période de sensibilisation et de découverte de l’environnement, un problème est évoqué. Pour répondre à cette situation problème, de nombreuses investigations seront nécessaires. Les sciences, et les démarches scientifiques, sont alors mises au service de la résolution du problème. Les investigations peuvent aussi être des recherches documentaires.  Plusieurs solutions se présentent alors, chacune ayant avantages et inconvénients, pour les différents « éléments » de l’environnement. Après débat, une action a été choisie, décidée en commun. Les conséquences de cette action sont étudiées, à court et moyen terme.

Cette action sera ensuite réalisée, elle impliquera des efforts de tous pour respecter un cahier des charges établi par les enfants.

Les différentes phases – découverte – problématique – recherches – solutions – choix – action- permettent  d’entreprendre une action pour l’environnement, mais aussi de  donner du sens aux apprentissages en les finalisant.

On peut aussi les traduire ces étapes par des mots commençant par la lettre C, mais cette fois dans un ordre précis : 

  1. Curiosité : intéresser l’enfant à ce que l’on va lui faire étudier.
  2. Connaissance : approcher l’objet d’étude selon plusieurs approches, amener différents aspects, faire saisir la globalité, amener à se poser des questions
  3. Compréhension : engager des recherches documentaires, réaliser des expériences, enquêter au sens large, afin de comprendre ce dont il est question, et dégager ainsi une problématique.
  4. Choix : pour décider d’une action, on pèse les pour et les contre; on envisage les conséquences de ses actes avant de s’engager.
  5. Création : on décode d’une action, on se donne les moyens de respecter les engagements pris, et de les faire accepter par tous, en puisant les arguments dans les travaux des étapes précédentes.

Le choix : étape cruciale. Pour faire ce choix, il faudra disposer de connaissances dans divers domaines. Le maître détaillera les compétences et connaissances visées dans chaque champ disciplinaire. Toutes les connaissances abordées à l’occasion de ce projet, et qui ne font pas partie du « programme » permettront un enrichissement culturel.  La communication, l’éducation à la citoyenneté sont des composantes indissociables de l’idée de projet. La découverte des autres et de soi contribue aussi à  la formation de la personnalité.

UN projet concret : sentier pédagogique.

Un exemple de projet, écoles du sud de l’Essonne.

Dans de nombreux villages du sud de l’Essonne, des créations de lotissements pavillonnaires ont permis à des citadins de découvrir les joies de la nature. Les élèves nouvellement installés n’ont pas la même culture que les traditionnels habitants du village. Une problématique est présente : Comment créer du lien entre les diverses populations d’un même village? Dans les écoles, le projet prend la forme suivante : Comment faire profiter de la nature au plus grand nombre, dans le respect de l’environnement, voire réhabiliter des espaces détériorés, et protéger un patrimoine menacé ?

Les enseignants organisent de nombreuses sorties auxquelles les parents sont invités à participer. Objectif : faire découvrir, apprécier et respecter l’environnement. Des associations locales et structures sont sollicitées. (Le Geaiespaces ,naturels sensibles , Parc naturel régional du Gâtinais, Espaces naturels sensibles)

Une connaissance approfondie du milieu s’impose : au départ ce sont les champignons qui suscitent curiosité. L’étude s’élargit à la reconnaissance des arbres, à l’observation des évolutions du paysage en fonction des saisons, à l’étude des grès et de l’historique des carrières, autant qu’à la faune locale. De l’observation à la collecte d’information, c’est toute un cohorte d’enfants qui construira peu à peu des clés de détermination, des panneaux de présentation du milieu, des exposés sur la vie des hommes dans les carrières… Les élèves sélectionnent des circuits de découverte, et rédigent et publient de façon artisanale des livrets d’accompagnement et des panneaux explicatifs. Un obstacle de taille empêchera le projet d’aboutir : certaines parcelles sont si petites, et leur nombre est si grand, qu’il est difficile d’obtenir les autorisations légales d’implantation de panneaux.

Le projet de Mondeville sera donc finalement réalisé dans la Forêt départementale toute proche du village, récemment classée « Espace Naturel Sensible », et qui présente les mêmes caractéristiques naturelles et artificielles, celui de Maisse relayé par le Geai.

En conclusion, nous espérons qu’au delà ds souvenirs évoqués, cet article aura éclairé sur trois mots importants, souvent utilisés dans le cadre de l’éducation : projet, thème, et environnement !

Bibliographie

Pour replacer cet article dans son contexte : Enseigner les sciences à l’école primaire, Programme national de pilotage. Université d’été organisée par la DGESCO, Ministère de l’éducation nationale. édité en 2001, au CRDP de l’académie de Grenoble : ISBN 2-11-093036-5 (disponible sur Rakuten au 24/01/2020) Atelier ÉDUCATION RELATIVE À L’ENVIRONNEMENT. Animatrices: Guillemette BERTHOU (IUM de Montpellier), Renée LOUIS (CPC Etampes); Observateur: Daniel Alexandre (CNRS UMR 533 université Montpellier II). Version intégrale de la publication sur demande par le formulaire de contact du site.

L’environnement à la recherche d’une définition Livre THEYS J. | INSTITUT FRANCAIS DE L’ENVIRONNEMENT Edité par IFEN. ORLEANS – 1993.  Cette publication s’applique à expliciter le terme « environnement ». De quoi parle-t-on ? De quel environnement s’agit-il ? C’est en effet la question que l’on est pratiquement amené à se poser quotidiennement quand on intervient dans ce domaine.

Quelques extraits des Programmes de l’école maternelle en 2020

« Les domaines « Construire les premiers outils pour structurer sa pensée » et « Explorer le monde » s’attachent à développer une première compréhension de l’environnement des enfants et à susciter leur questionnement. » »…multiples occasions d’installer durablement chez l’enfant une culture du respect de la nature et de sa diversité, en prolongeant ces pratiques par des activités liées aux pratiques de la vie courante témoignant du respect de l’environnement (limitation et tri des déchets, plantations dans l’école, réalisations en arts plastiques, etc.) ».

 » Explorer le monde : Dès leur naissance, par leurs activités exploratoires, les enfants perçoivent intuitivement certaines dimensions spatiales et temporelles de leur environnement immédiat.

Découvrir l’environnement : « L’observation constitue une activité centrale. Elle est d’abord conduite à « hauteur d’élève » au sein de l’école et de ses abords (la classe, l’école, le village, le quartier, etc.) puis permet la découverte d’espaces moins familiers (selon les cas, campagne, ville, mer, montagne, etc.), à partir de documents et de situations vécues en milieu naturel lors de sorties scolaires régulières. »

Quelques extraits des Programmes de l’école élémentaire en 2020:

Cycle 2 : Questionner le monde « les élèves commencent à acquérir une conscience citoyenne en apprenant le respect des engagements envers soi et autrui, en adoptant une attitude raisonnée fondée sur la connaissance, en développant un comportement responsable vis-à-vis de l’environnement et de la santé. » « développement d’un comportement responsable vis-à-vis des autres, de l’environnement, de sa santé. Des gestes simples favorisent la connaissance et l’acquisition de règles d’hygiène (…), de sécurité et de protection de l’environnement. » « découverte de l’environnement proche et plus éloigné, étude de ces espaces et de leurs principales fonctions, comparaison de quelques modes de vie et mise en relation des choix de transformation et d’adaptation aux milieux géographiques. » « l’impact de l’activité humaine sur l’environnement proche ou plus éloigné est abordé. « 

Cycle 3 : Les êtres vivants dans leur environnement : Interactions des organismes vivants entre eux et avec leur environnement. » Identifier quelques impacts humains dans un environnement (comportements, aménagements, impacts de certaines technologies…). » « Suivre et décrire le devenir de quelques matériaux de l’environnement proche. » « Relier les besoins de l’être humain, l’exploitation des ressources naturelles et les impacts à prévoir et gérer (risques, rejets, valorisations, épuisement des stocks). »

Publié par Renée

Envie de faire partager des éléments forts de mon expérience de l'enseignement à l'école primaire et de la formation des enseignants...

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :